Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Groupe d’étude des interactions hôte-pathogène


Navigation principale

    Recherche

    Fil d'ariane

    Conception et exploitation d’outils moléculaires génériques

    Conception et exploitation d'outils moléculaires génériques pour l'ingénierie métabolique de levures du genre Candida

    • Partager la page sur les réseaux sociaux
    • Envoyer cette page par mail

      Envoyer par mail


      Séparés par des virgules
    • Imprimer cette page
    • Thèse de Tatiana DEFOSSE

    De nombreuses espèces du genre Candida trouvent à présent des applications prometteuses dans divers champs biotechnologiques comme la bioremédiation, le contrôle biologique et surtout l’ingénierie métabolique du fait qu’elles présentent d’extraordinaires capacités à métaboliser des sources de carbone « exotiques » comme les résidus hémicellulosiques des biomasses végétales, des composés phénoliques, des acides gras ou encore des alcanes. Ces capacités naturelles des Candida peuvent dorénavant être utilisées pour valoriser ces sources de carbone en les transformant par ingénierie métabolique en molécules d’intérêt (biocarburants, vitamines, édulcorants…).

    Des approches génomiques réalisées ces dix dernières années ont permis des avancées majeures dans la compréhension de l’architecture des réseaux métaboliques chez les levures. Ainsi, une douzaine de génomes du genre Candida associés à leurs cartes métaboliques sont à présent disponibles dans des bases de données publiques. Cependant, malgré le potentiel de nombreuses espèces du genre Candida, le nombre restreint d’outils génétiques dédiés à leur manipulation demeure aujourd’hui un frein pour le développement d’applications biotechnologiques.

    Aussi, l’objectif de cette thèse réalisée en co-direction avec le Pr. Giglioli-Guivarc’h de l’EA 2106, s’articule en deux volets consistant en l’élaboration d’outils moléculaires génériques conçus comme des modules fonctionnels standardisés (à l’image des BioBricks) et donc utilisables pour la manipulation génétique de la plupart des espèces du genre Candida, et leur exploitation dans le cadre d’applications biotechnologiques.    

    Les retombées issues de ce travail devraient fournir de premiers exemples concrets d’ingénierie métabolique chez les levures du genre Candida et proposer également des pistes originales pour concevoir de manière globale et cohérente les évolutions futures de ce type de stratégie.